La brique pour l'isolation acoustique des bâtiments

La variabilité des différents types de briques pour la construction et les bâtiments engendre beaucoup de questionnements sur ce type matériau et son utilisation comme isolant phonique pour les logements. Qu’elles soient pleines ou creuses, plâtrières ou à bancher, tous les types de briques ne se valent pas, tant d’un point de vu acoustique que thermique. Quelques conseils avisés pour répondre à la question : la brique est-elle un bon isolant acoustique pour les bruits aériens ?

La brique pleine, typique du Nord ! (avec les beffrois...)

Typique des constructions du nord de la France de la fin du XIXéme et début du XXéme siècle, la brique pleine est de moins en moins utilisée pour la construction neuve des bâtiments (hors bardage...) du fait de sa mauvaise isolation thermique. Pour autant, l’isolation acoustique de ce matériau lourd et homogène est semblable au béton. La densité des briques pleines se situe entre 1 800 kg/m³ à 2 000 kg/m³ pour un isolement aux bruits aériens de l’ordre (indice RA) de 59 dB (brique 220 mm). Ainsi, entre logements ou en façade, l’utilisation de la brique (pleine !) est tout à fait acceptable dès lors qu’aucune contrainte d’isolement thermique n’est requis (ITE ou ITI requis!). 

La brique creuse : un matériaux noble

Elle est à ne pas confondre avec la brique perforée. La brique creuse est plus légère que la brique pleine. Toutefois, la brique creuse est moins résistante à l’écrasement mais beaucoup plus isolante thermiquement. Utilisée dans les constructions de maisons individuelles et de collectifs, la brique creuse est, du fait de sa légèreté, de base, un très mauvais isolant acoustique. Typiquement, un mur en briques creuses d’épaisseur 20 cm disposera d’une isolation aux bruits aériens de l’ordre de 52 dB pour l’indice RA. La brique creuse n’est pas adaptée, seul et sans traitements phoniques, aux séparatifs entre logements collectifs. Elle répond toutefois parfaitement à l’isolement acoustique des façades les plus courante (c’est à dire à celles de l’ordre de 30 dB pour l’indice DnT,A,tr). 

La brique plâtrière : pour les distributions uniquement

Les briques plâtrières, minces, servent essentiellement à monter des cloisons intérieures distributives. Elles constituent une surface rayonnante dès lors qu’une jonction existe avec un mur mitoyen / séparatif entre deux logements. Leurs épaisseurs sont comprises entre 5 et 15 cm et sont assemblées avec du plâtre ou du mortier bâtard. Les briques plâtrières ne sont pas adaptées à la réalisation de séparatifs entre logements. L’isolement acoustique d’un mur en briques plâtrières de 7 cm ne dépasse pas les 35 dB... 

La brique à bancher

Souvent oubliée, la brique à bancher est comme son nom l’indique idéale pour le banchage du béton. Il s’agit d’une brique creuse avec au centre un espace entre 15 à 20 cm  dévolu à être complété par du béton. L’isolement acoustique de la brique a bancher peut être considéré au premier ordre comme celui d’un matériau lourd homogène. Dans le cadre d’un brique à bancher de 20 cm (15 cm de béton) l’isolement phonique est plus ou moins celui d’un mur béton homogène de 15 cm.

De l’étude des jonctions à l’importance d’enduire les mûrs en briques

La diversité des solutions à base de briques pour l’isolement acoustique des logements implique l’étude attentive de l’influence des jonctions c’est à dire des transmissions indirectes entre les séparatifs en briques et les murs et planchers qui y sont connectés. Enfin, il convient d’insister sur l’importance d’enduire les murs en brique qui de base sont systématiquement poreux.

PARTAGER CET ARTICLE :
À propos D'Acoucibe
Logo de l'équipe Acoucibe - Acousticien dans les Haut-de-France
Acoucibe est un cabinet d'expertise spécialisé en acoustique architecturale et environnementale. Fondé en 2015, Acoucibe apporte une compétence technique et scientifique dans la conception et la réalisation de projets où l'acoustique revêt un intérêt notable. Face aux enjeux et décisions, Acoucibe oriente les choix techniques de ses clients en leur permettant d'optimiser les coûts de conception dans le respect d'un haut niveau de confort acoustique.