Comment isoler une machine bruyante

Comment isoler une machine bruyante

Caissons VMC intérieurs ou extérieurs à un ouvrage, hotte bruyantes... il peut parfois arriver que les équipements techniques des bâtiments soient à l'origine de nuisances acoustiques environnementales. Mêmes audibles, toutes les nuisances acoustiques issues d'un bâtiment ne sont pas pour autant non conformes réglementairement. L'analyse des bruits résiduels et ambiants, en période  nocturne ou diurne, permettra de conclure sur la conformité ou la non conformité des nuisances audibles. En cas de non conformité des équipements, vis-à-vis de la réglementation acoustique environnementale, il peut être pertinent de procéder à un encoffrement ou un capotage acoustique de certaines sources de bruits. Voici les principales méthodes pouvant être mises en œuvre, à la fois en intérieur ou en extérieur des bâtiments.

Avant tout : Diagnostiquer les nuisances acoustiques

Le premier réflexe à adopter, avant d'entamer des travaux de traitements acoustiques, est de procéder à un diagnostic acoustique environnemental complet. Compte tenue des normes et réglementations acoustiques environnementales, il est possible qu'un équipement technique, audible par des riverains ou des avoisinants, soit conforme vis-à-vis de la réglementation acoustique environnementale. Le recourt à un bureau d'étude ou à un expert judiciaire  doit être le premier réflexe à adopter. Par une analyse précise des niveaux de bruits ambiants et résiduels, à la fois en période diurne et nocturne, il sera possible de conclure avec précision sur le conformité ou non des installations techniques vis-à-vis des textes réglementaires applicables en matière d'acoustique environnementale. A noter qu'un tel diagnostic doit être réalisé sur une période de 24h00 minimum et comporter une analyse par périodes horaires.

Encoffrer un équipement extérieur à un bâtiment

La stratégie d'encoffrement ou de capotage d'un équipement technique bruyant consiste à disposer d'un local technique construit au sein ou en annexe du bâtiment. Initié dès l'esquisse du projet, un tel local permet de disposer d'un isolement acoustique optimal, à base de matériaux massiques (béton, parpaings, etc.).  Les prises et rejets d'air pourrons être traitées à l'aide de silencieux ou de bouches aérauliques acoustiques spécifiques.

Toutefois, le traitement d'un équipement technique au sein d'un local dédié n'est toutefois pas toujours possible. Dans certains cas, la construction d'un local en maçonnerie traditionnelle n'est pas toujours possible (surfaces limitées, contraintes structurelles, etc.). Pour y remédier, il est possible de prévoir la mise en œuvre de bardages métalliques isolants. Une attention particulière devra être portée sur les performances acoustiques d'isolement des bardages (isolements acoustiques aux bruits aériens) ainsi qu'à l'étanchéité (étanchéité en toiture, et connexion avec le reste de l'ouvrage). Toutes les fuites et ouvertures seront de nature à dégrader la performance acoustique de l'ensemble.

Par ailleurs, les stratégies d'encoffrement doivent systématiquement être associées à un découplage acoustique vibratoire des équipements techniques bruyants. Basé sur des matériaux viscoélastiques et résiliants phoniques, le découplage vibratoire des équipements doit être calculé judicieusement de sorte à filtrer au moins 95 % des vibrations à la fréquence de fonctionnement la plus basse des équipements.

Encoffrer un équipement en intérieur d'un bâtiment

Tout comme les nuisances acoustiques extérieurs, il peut être parfois nécessaire de procéder à l'encoffrement ou au capotage de sources sonores en intérieur d'un bâtiment. Un exemple type correspond aux caissons VMC présents dans les combles ou dans certaines parties communes. A la différence des traitements acoustiques extérieur, le capotage de ces sources sera basé sur des cloisons à ossatures métalliques double peaux, associées à des laines minérales. Un soin particulier quant à la sélection des matériaux est nécessaire afin de s'assurer de performances acoustiques suffisantes en matière d'isolement acoustique aux bruits aériens. Tout comme pour les traitements extérieurs des équipements techniques, il sera indispensable de procéder au découplage vibratoire des équipements techniques intérieurs. En outre, aucun transfert vibratoire ou connexion structurelle ne devra avoir lieu entre une cloison légère (en plaque de platre) et un équipement technique (VMC, hotte, etc.).

PARTAGER CET ARTICLE :
À PROPOS D'ACOUCIBE
Logo de l'équipe Acoucibe - Acousticien dans les Haut-de-France

Acoucibe est un cabinet d'expertise spécialisé en acoustique architecturale et environnementale. Fondé en 2015, Acoucibe apporte une compétence technique et scientifique dans la conception et la réalisation de projets où l'acoustique revêt un intérêt notable. Face aux enjeux et décisions, Acoucibe oriente les choix techniques de ses clients en leur permettant d'optimiser les coûts de conception dans le respect d'un haut niveau de confort acoustique.

Sur le même sujet :