Infrastructures de transport et isolement acoustique des façades

Voies ferrées, routières ou couloirs aériens constituent trois types d’infrastructure de transport, sources de bruits importants et gênants, à proximités desquelles de plus en plus de logements neufs sont implantés. Les régions Île-de-France et Hauts-de-France sont particulièrement concernées par ce phénomène du fait d’un coût du foncier élevé. L’isolement acoustique des façades est dans ce cas un point clé du confort acoustique et bien souvent une obligation réglementaire. Quelques fondamentaux pour bien dimensionner les isolements acoustiques des façades pour les projets architecturaux à proximité de sources sonores bruyantes liées aux transports.

Classement sonore des infrastructures de transport

La directive européenne sur la gestion du bruit dans l'environnement (directive 2002/49/CE) impose la réalisation (par les autorités concernées) de plans de prévention du bruit dans l'environnement (autrement dénommés PPBE). Les PPBE prennent généralement la forme de cartographies des axes routiers, ferroviaires, aériens. Ces cartographies sont obligatoires pour les agglomérations de plus de 100 000 habitants.

Sur la base des PPBE, dans chaque département, les préfectures effectuent un classement des infrastructures de transport en fonction du niveau sonore et de l’importance du trafic. Les niveaux sonores de référence sont basés sur des évaluations des indices LAeq(6h-22h) pour la période diurne et LAeq (22h-6h) pour la période nocturne en des points de référence dont la situation est conforme avec la norme NF S 31-130.

Suivant les niveaux dépassés par ces deux indices, les infrastructures sont classées en 5 catégories. A titre d’exemple, une infrastructure présentant un LAeq (6h-22h) supérieur à 81 dB(A) et un LAeq (22h-6h) supérieur à 76 dB(A) sera classée en catégorie 1. C’est bien souvent le cas des voies autoroutières ou des grandes lignes ferroviaires. A contrario, une infrastructure présentant un LAeq (6h-22h) compris en 60 dB(A) et 65 dB(A) et un LAeq (22h-6h) compris entre 55 dB(A) et 60 dB(A) sera classée en 5éme catégorie.

Isolement acoustique minimum des façades

Tout projet de bâtiment construit dans un secteur affecté par le bruit doit respecter un isolement acoustique minium déterminé selon la catégorie de l’infrastructure. Les spécifications de l'arrêté du 30 mai 1996 (modifié par l'arrêté du 23 juillet 2013) imposent des isolements pour les façades compris entre 30 dB et 45 dB (DnT,A,tr). Ces valeurs d’isolement sont fonction de la distance des façades par rapport aux infrastructures classées, de leurs orientations ainsi que de la présence ou non d’éléments masquants (talus, écrans, autres bâtiments, etc.). Des valeurs correctives permettent ainsi de réduire les objectifs acoustiques réglementaires pour les façades masquées partiellement ou totalement (par exemple les façades arrières non exposées à une infrastructure de transport classée).

Comment calculer l’isolement acoustique des façades ?

Le calcul de l’isolement acoustique des façades est réalisé suivant le standard de calcul EN 12354-3 en prenant en compte l’ensemble des éléments contributifs à la performance acoustique : menuiseries extérieures, bouches d’entré d’air pour la ventilation, isolement des murs périphériques, etc. Les calculs tiennent compte du volume des locaux de réception ainsi que de leurs temps de réverbération.

Pour quels types de bâtiments ?

Les bâtiments visés par les obligations d’isolements acoustiques minimums suivant le classement des infrastructures sont les logements collectifs neufs, les établissements d’enseignement et hôteliers ainsi que les locaux de santé.

Toutefois, en l’absence de classement acoustique des façades, ces bâtiments ne peuvent présenter un isolement inférieur à 30 dB (suivant l’indice DnT,A,tr).

Quand réaliser l’étude acoustique des façades pour un nouveau projet

Il est recommandé d’effectuer un pré-dimensionnement de l’isolement acoustique des façades dès la phase ESQ. Le calcul proprement dit intervient généralement au cours de la phase PRO et au plus tard avant la remise du DCE.

PARTAGER CET ARTICLE :
À propos D'Acoucibe
Logo de l'équipe Acoucibe - Acousticien dans les Haut-de-France
Acoucibe est un cabinet d'expertise spécialisé en acoustique architecturale et environnementale. Fondé en 2015, Acoucibe apporte une compétence technique et scientifique dans la conception et la réalisation de projets où l'acoustique revêt un intérêt notable. Face aux enjeux et décisions, Acoucibe oriente les choix techniques de ses clients en leur permettant d'optimiser les coûts de conception dans le respect d'un haut niveau de confort acoustique.