Mesurer l'isolement acoustique des façades

Tant l'arrêté du 25 avril 2003 que celui du 30 juin 1999 requièrent des performances minimales pour l'isolement aux bruits aériens des façades des bâtiments collectifs à usage d'habitation ainsi que de certains ERP. Ces dispositions sont rappelées dans un arrêté datant de 1996 et revu en 2011 par le législateur. Quelques explications sur la méthodologie à suivre pour les mesurages acoustiques in situ de l'isolement aux bruits aériens venus de l'extérieur.

Détermination de l'isolement minimal acoustique requis

Nous avons déjà abordé la méthodologie de classement acoustique des façades (pour les ERP et les bâtiments à usage d'habitation) dans un article intitulé Infrastructures de transport et isolement acoustique des façades. De manière générale, les infrastructures de transport, quelles soient routières, ferroviaires ou aériennes disposent d'un classement particulier (de 1 à 5). Suivant l'orientation et la distance des façades par rapport aux infrastructures, un isolement acoustique minimal sera requis, jusqu'à 45 dB (DnT,A,tr). L'isolement acoustique des façades ne peut être inférieur à 30 dB (DnT,A,tr) 

Comment mesurer l'isolement acoustique aux bruits aériens

Le standard de mesure acoustique généralement utilisé est détaillé dans la norme NF EN ISO 10052. Un haut parleur diffusant un bruit rose (c'est à dire un signal disposant de la même puissance par bandes d'octave) est placé à 5 m en devant de la façade et orienté à 45°. Comme le précise le standard NF EN ISO 10052, le son produit par le haut-parleur doit être stable et avoir un spectre continu dans la gamme de fréquences analysées. Les fréquences analysées en acoustique du bâtiment vont de 100 Hz à 3 150 Hz.  

Un sonomètre (généralement de classe métrologique 1 ou 2) permet d'évaluer à une distance de 2 m du plan de façade durant une période à minima de 30 s. Le champ de pression acoustique, autrement dit le bruit intérieur, est évalué à l'aide d'un sonomètre par un déplacement de 4 fois du microphone horizontalement à 180° sur un temps d'intégration de 30 s. Le standard NF EN ISO 10052 précise les distances minimales à respecter par rapport aux parois du local évalué et les positions à retenir (généralement au centre)  

Influence du bruit de fond et du temps de réverbération 

Toute mesure de l'isolement aux bruits aériens des façades requière de la part de l'acousticien de vérifier que le signal intérieur mesuré est bien supérieur de 6 dB sur chaque bande d'octave de 125 Hz à 2 kHz par rapport au bruit de fond (influence de la VMC notamment ou de l'activité intérieure). De même, afin de corriger la mesure du temps par le réverbération du local, il est nécessaire que l'acousticien procède systématiquement à son évaluation en suivant les recommandations du standard NF EN ISO 3382-2 pour les salles ordinaires.     

Quel est le prix d'une mesure acoustique de l'isolement d'une façade ?

Le prix d'une mesure d'isolement aux bruits aériens est l'une des prestations les moins onéreuses parmi celles proposées par un bureau d'étude acoustique. Son prix varie essentiellement suivant le nombre de locaux à mesurer ainsi que par les coûts engendrés par les déplacements. En demandant le prix d'une mesure d'isolement acoustique pour une façade, vous obtiendrez généralement une réponse en moins de 24h00 auprès de n'importe quel bureau d'étude acoustique. 

PARTAGER CET ARTICLE :
À propos D'Acoucibe
Logo de l'équipe Acoucibe - Acousticien dans les Haut-de-France
Acoucibe est un cabinet d'expertise spécialisé en acoustique architecturale et environnementale. Fondé en 2015, Acoucibe apporte une compétence technique et scientifique dans la conception et la réalisation de projets où l'acoustique revêt un intérêt notable. Face aux enjeux et décisions, Acoucibe oriente les choix techniques de ses clients en leur permettant d'optimiser les coûts de conception dans le respect d'un haut niveau de confort acoustique.