Fléau des bâtiments construits dans le milieu du XXéme siècle, les bruits d'impact sont une source de nuisance acoustique à ne pas omettre lors de la rénovation phonique des locaux à usage d'habitation. Retour sur une préoccupation majeure, trop souvent négligée.

Actualités & Publictions

03 11 2019

Lutter efficacement contre les bruits solidiens et d'impact dans les bâtiments

Fléau des bâtiments construits dans le milieu du XXéme siècle, les bruits d'impact sont une source de nuisance acoustique à ne pas omettre lors de la rénovation phonique des locaux à usage d'habitation. Retour sur une préoccupation majeure, trop souvent négligée.

Ne pas confondre les bruits ariens et les bruits solidiens

Il convient de ne pas confondre les sources de bruit aériennes et solidiennes. Ces deux sources acoustiques communes aux bâtiments n'ont à la fois ni les mêmes composantes fréquentielles ni les mêmes supports de propagation.

Les sources de bruit solidiennes

Il s'agit des bruits émis par le rayonnement acoustique des parois du bâtiment soumises à une vibration mécanique, que ce soit par les sols ou les éléments structurels (poutres, IPN , etc.). Ces vibrations mécaniques peuvent être liées à des chocs, des déplacements d'objets, des pas ou des travaux ménagers...

Les fréquences de ces bruits solidiens sont généralement basses et comprises entre 30 Hz et 500 Hz. La nature des parois, leur dimension et les aménagements intérieurs influent significativement sur les niveaux de bruit produits.

Les sources de bruit aériennes

Les sources de bruit aériennes n'ont aucun contact avec la structure du bâtiment. Elle utilise l'air comme support de propagation. Il s'agit des nuisances sonores telles que les conversations, le son de la télévision ou de la radio (musique). Les sources de bruits aériennes ont des composantes fréquentielles entre 500 Hz et 4000 Hz.

Traiter efficacement l'isolement aux bruits solidiens

A défaut de traiter les sources de bruit solidiennes, il est impératif lors de la construction ou de la rénovation acoustique des bâtiments de procéder un isolement efficace des sols.

La principale stratégie mise en œuvre consiste à découpler systématiquement l'ensemble des sols finis des locaux. Le découplage est réalisé à l'aide de matériaux résilients. Le choix de ces matériaux est guidé par la performance de réduction aux bruits d'impact suivant le standard NF EN ISO 10140 ainsi que par la durabilité dans le temps du procédé. Outre la recherche d'une performance acoustique correcte, il est impératif d'utiliser des procédés sous Avis Technique afin de garantir la mise en œuvre de sols pérennes dans le temps.

Le découplage des sols finis se doit de n'assurer aucun contact avec le reste des éléments structurels du bâtiment. Parmi les non conformités généralement constatées, il est possible de citer : l'absence de remonté des résilients phoniques en périphérie, le contact des plaintes (solidaires des murs de structures) et la connexion des équipements techniques avec les sols finis découplés. Dans ces derniers cas, il existe un chemin de transmission vibratoire entre le sol et et le reste de la structure du bâtiment.

Une alternative efficace est l'utilisation d'un sol de type PVC. Attention toutefois à disposer d'un certificat de mesurage en laboratoire attestant des performances du sol synthétique envisagé pour le traitement des bruits d'impact.

En conclusion, le traitement phonique des bruits d'impact doit répondre à l'isolement des chemins vibratoires entre les sources solidiennes et le reste de la structure du bâtiment, que ce soit entre logements ou entre parties communes (circulations) et logements, tant en rez-de-chaussée qu'en étages.

Acoucibe - Bureau d'études en acoustique

À propos d'Acoucibe

Acoucibe est un cabinet d'expertise acoustique. Fondé en 2015, Acoucibe oriente les choix techniques de ses clients en leur permettant d'optimiser les coûts de conception dans le respect d'un haut niveau de confort acoustique.

  • Linkedin
  • Google+
  • Twitter