Rénover acoustiquement des bureaux en logements

La crise liée au COVID-19 a semble-t-il libérée (sans doute temporairement) de nombreux mètres carré de bureaux et d'espaces tertiaires au sein des centres ville. De ce fait, nombreux sont les propriétaires souhaitant transformer ces espaces professionnels en locaux à usage d'habitation pour les revendre ou encore les louer. Lors de la transformation de bureaux en logements, le confort acoustique doit être intégré en amont du projet au risque de devoir répondre au plaintes des futurs propriétaires ou locataires. Voici quatre étapes clés pour intégrer pleinement le confort acoustique dans un projet de transformation de bureaux en logements.

Étape 1 : Définir les objectifs acoustiques à atteindre

Sur la base des plans d'esquisse du projet de transformation il est impératif de définir dans un premier temps, pour chaque locaux, les performances acoustiques intérieures à atteindre (entre logements et entre logements et locaux communs). Il s'agit principalement des isolements acoustiques intérieurs aux bruits aériens et solidiens (bruits d'impact) et du bruit des équipements collectifs ou sanitaires. Pour cela plusieurs référentiels existent : l'arrêté du 30 juin 1999 (applicable aux logements neufs) ou les critères NF HABITAT. A ce stade, il sera sans doute nécessaire de revoir la répartition des locaux pour optimiser le confort acoustique ou rendre les traitements phoniques plus aisés et moins onéreux. 

Par ailleurs, un audit du classement acoustique des axes de transport (routiers/ferroviaires et aériens) est également nécessaire afin de définir l'isolement minimum des façades (pour le choix des menuiseries). Si le projet est situé dans un secteur faisant l'objet d'un Plan d'Exposition aux Bruits (PEB) ou d'un Plan de Gêne Sonore (PGS), des contraintes réglementaires sont applicables en matière d'isolement acoustique des façades (arrêté du 13 avril 2017) y compris en rénovation.  

Étape 2 : valider impérativement les choix techniques et matériaux mis en œuvre

Les phases d'APS et d'APD du projet de transformation de bureaux en logements doivent permettre de définir avec précision les solutions techniques à retenir pour le traitement acoustique des locaux. Deux impératifs pour le maître d'œuvre ou le maître d'ouvrage : connaître précisément les modes constructifs du bâti (matériaux, types de jonctions, etc. quitte à effectuer un diagnostique acoustique complet) ; systématiquement revalider les solutions techniques envisagées par un code de calcul conforme au standard NF EN 12354. Pour les traitements des isolements aux bruits aériens, plusieurs options sont possibles : les systèmes masse-ressort-masse telles que les cloisons sèches, doublages ou les cloisons monolithiques (cloisons lourdes en béton). Vous pouvez consulter notre article sur les deux lois fondamentales de l'isolement des parois à ce propos. Par ailleurs, une attention particulière doit être portée sur la nature des mûrs à isoler en évitant les systèmes non adaptés à l'isolement acoustique entre logements (cloisons de distribution) ainsi que les matériaux monolithiques trop légers (tels que les bétons cellulaires).

Enfin, quant aux bruits d'impact, ils doivent faire l'objet d'un traitement à la source c'est-à-dire par un isolement des planchers : chapes hydrauliques ou sèches, sous-couches acoustiques minces…

Étape 3 : gérer avec attention les bruits des équipements techniques et sanitaires

Une fois finalisé les isolements entre logements et entre logements et parties communes pour les bruits aériens et solidiens, il conviendra de traiter les bruits liés aux équipements techniques et sanitaires. Cet aspect est essentiel dans un projet de transformation de bureaux en logements afin d'éviter les nuisances provenant des équipements techniques (VMC / VMC hygroréglable) ainsi que les interphonies entre logements (transmissions de bruits parasites d'un logement à un autre). Le DCE ou les CCTP doivent impérativement indiquer aux entreprises la nature des traitements à apporter. Par exemples : utilisation de fourreaux résilients pour les gaines techniques entre étages, isolement des dévoiements traversant entre étages etc.

Étape 4 : suivi du chantier et mesurages à réception

Il est bien souvent impératif d'assurer un suivi minimum des points clés en matière d'isolement tout au long du chantier. En effet, une transformation de bureaux en logements n'est jamais simple d'un point de vue acoustique et nécessite couramment des réajustements en phase EXE ou de travaux. Enfin, ne jamais omettre d'effectuer en réception des mesurages acoustiques afin de valider l'atteinte des objectifs phoniques du projet.  

Vous envisagez de transformer des bureaux en logements ? Nous vous conseillons vivement de vous faire accompagner par un bureau d'étude acoustique. Il s'agit d'un choix judicieux et rentable par rapport à la reprise de travaux d'isolement acoustique ultérieurs à posteriori de la réception des ouvrages.

PARTAGER CET ARTICLE :
À propos D'Acoucibe
Logo de l'équipe Acoucibe - Acousticien dans les Haut-de-France
Acoucibe est un cabinet d'expertise spécialisé en acoustique architecturale et environnementale. Fondé en 2015, Acoucibe apporte une compétence technique et scientifique dans la conception et la réalisation de projets où l'acoustique revêt un intérêt notable. Face aux enjeux et décisions, Acoucibe oriente les choix techniques de ses clients en leur permettant d'optimiser les coûts de conception dans le respect d'un haut niveau de confort acoustique.

Sur le même sujet :